TeamFoot offre une tribune d'expression aux passionnés

La difficile cohérence des supporters lensois

 
La difficile cohérence des supporters lensois

Alors que l’atmosphère était des plus tendu il y a quelques semaines, le RC Lens a reçu un soutien inconditionnel de ses supporters ce samedi. On oublie tout et on recommence ?

Dirigeants démission !

Excédés par une saison catastrophique, mais surtout par une situation économique totalement nébuleuse, les supporters actifs ont lâché les dirigeants du club. Pourtant réputés comme étant dociles, ils ont commencé à tourner le dos aux décisions du club dès le début de saison dernière. En ne souhaitant / pouvant pas se rendre au stade de la Licorne à Amiens, les Sang et Or ont dû évoluer à l’extérieur, sans stade ni supporters.

Cette fracture entre club et supporters n’a fait que s’aggraver au fil de la saison, pour atteindre son paroxysme durant l’été. Les groupes de supporters, les sites d’actualités lensois et internautes ont multiplié les lettres ouvertes à l’intention du président lensois.

 


Fin juin, à quelques jours du début de l’entraînement du groupe professionnel, les Red Tigers n’ont pas hésité à charger Gervais Martel : "Quand vous communiquez c'est pour nous raconter des fables de grande qualité, qui, à base d'IBAN, de fête des Armées, de promesses d'arrivée d'argent, ou de blocage, car il n'y aura plus que deux montées en ligue 1, auront au moins eu un mérite : celui de nous faire rire". En fin de lettre, le président est même invité à mettre la RCL Holding en liquidation. Rien que ça.

 

Des banderoles ont également été sorties à l’occasion de matchs amicaux, des chants et des lancers de pétards ont fait parler d’eux. La fracture est totale, le mouvement s'est amplifié et se matérialise sous diverses formes :


Message présent sur les routes du Tour de France 2015
 


Boutique Emotion Foot le 12 juin 2015

 

En passe de réussir son pari ?

Je ne cesse de le répéter : Gervais Martel est un génie. Après avoir menti au nez et à la barbe des médias, des supporters et des instances dirigeantes du football français, le président du Racing Club de Lens est en passe de récupérer le club. Imaginez tout le travail accompli en si peu de temps :

  • maintenir le club en Ligue 2,
  • éviter le dépôt de bilan,
  • vendre tous les joueurs disposant d'une valeur marchande ...
  • … récupérer des joueurs venus de nulle part pour composer un groupe professionnel,
  • lancer des démarches pour virer Hafiz Mammadov du club.

Le travail ne s’arrête pas là, puisqu’il a également lancé l’opération séduction auprès des supporters. Tonton Gervais est donc sur le terrain qu’il maîtrise le mieux : la communication. Une rencontre a notamment eu lieu entre les Red Tigers et Gervais Martel le 20 juillet. À la suite de cette réunion, le groupe de supporters lensois a confirmé leur volonté de voir du changement à la tête du club, mais annonce vouloir se concentrer désormais dans le rôle de 12e homme :

 

En bon opportuniste, Gervais Martel a su se saisir de l’interdiction de déplacement des supporters lors de la 1ère journée à Metz. La direction du club est alors sortie d’un silence que l’on pensait définitif pour prendre la défense des supporters. Histoire de se mettre les groupes de supporters un peu plus dans la poche, le club a permis aux représentants de groupe de découvrir leur “nouveau” stade à quelques jours de la réception du Red Star. Opération séduction réussie.

 

Le beau temps, puis ?

Trop heureux de pouvoir revivre un match de football dans sa ville et dans son antre, le supporter lensois a totalement mis de côté ses revendications. L’heure était à la fête. Pourtant, la situation n’a pas bougé d'un iota :

  • une énorme vague de départ permettant de libérer de la masse salariale et d’ajouter quelques liquidités à la trésorerie du club,
  • l’arrivée de nouveaux joueurs quasi inconnus. Outre l’incapacité à connaître le niveau de jeu de chacun, il est impossible aujourd’hui de s’identifier à eux,
  • la direction est toujours présente,
  • aucune liquidité n’a pu être apportée par Mammadov, Martel ou une personne extérieure. La situation financière ne s’est donc pas améliorée. Nous avons toutes les chances d’avoir un bis repetita en fin de saison lors du passage à la DNCG,
  • l’équipe a été construite par Antoine Kombouaré, qui dispose d’une seule année de contrat. Qui sera à la tête du club ensuite ? Si nouveau coach, pourra-t-il composer avec une équipe construite par un autre ?

Bref, nous continuons de naviguer à vue. Cela n’a pas empêché les supporters d’offrir une magnifique fête, à l’abord du stade, puis, dans l’enceinte Sang & Or. Moi-même, sevré de match de Lens depuis bientôt 3 ans, je n’ai pu résister à la tentation de revivre ce moment si particulier. Je n’ai pu résister à l’envie de supporter mon équipe de la 1ère à la dernière minute. De ressentir la puissance vocale de tribunes s’époumonant pour son blason.

 

Sans avoir changé de position, les groupes de supporters ont préféré se rallier derrière un blason et non derrière une direction. Cependant, quoi que nous pensions, c’est la direction actuellement en place qui mène le club. C’est elle qui décide de l’orientation du Racing Club de Lens de manière unilatérale. Aucune contestation n’a été vue ou entendue durant le match. En soutenant de la sorte l’équipe, les groupes de supporters sont rentrés dans le jeu du président Martel.

Cet apaisement soudain nous a permis de vivre une magnifique après-midi. Et ensuite ? Que se passera-t-il si la situation empire ou n’évolue pas ? La gronde lensoise ressemble au boycott de la Coupe de la Ligue. Un boycott qui disparaît dès lors que l’équipe arrive en finale, réduisant la crédibilité du mouvement à néant. On en arrive à la difficile frontière entre l’expression d’un désaccord et le support à apporter à l’équipe. En quelques jours, Gervais Martel aura donc réussi à annihiler la gronde lensoise. Un génie je vous dis.

 

TeamFoot est une plateforme d'expression libre destinée aux supporters. Le contenu des articles publiés sur le site ne reflète que la position de son auteur et non du site. Plus d'informations
 

Réagir