TeamFoot offre une tribune d'expression aux passionnés

3 solutions pour sauver le RCL

 
3 solutions pour sauver le RCL

Ah, si j'étais président ! Gérard Lenormand l'a chanté mieux que moi. N'empêche que si j'avais le pouvoir de prendre la place de Gervais Martel à cet instant, il y a 3 choses que je ferai pour tenter de sauver le club de mon cœur de l'inéluctable relégation qui se présente en fin de saison. Avec 6 points de retard sur les premiers relégables que sont Toulouse et Lorient, donc pas des clubs de seconde zone, et avec une bien plus grande expérience que nos Lensois, les motifs d'espoir sont maigres. Ces 3 changements ne suffiront peut-être pas, mais comment savoir sans essayer.

1. Changement de coach

Je n'ai jamais été un grand fan des changements d'entraîneur en milieu de saison, mais force est de constater que seul un tel électrochoc serait en mesure de bouger suffisamment les fondations du club pour entraîner les joueurs dans un cycle vertueux de résultats positifs. Et si je souhaite changer, ce n'est pas tant de la faute de Kombouaré, qui a fait un travail plutôt honnête, mais plutôt de celle des joueurs, qui ont parfois besoin de cela pour se remettre en cause et renfiler le bleu de chauffe. Cette saison, un seul club à virer son coach, il s'agit de Bastia qui a remplacé Claude Makelele par Ghislain Printant. Résultat, le club corse est désormais dans la première partie de tableau, et vient d'égaler sa série historique de matchs sans défaite en championnat, neuf. Et bien sûr, le successeur ne peut être qu'Eric Sikora, l'âme de ce club, avec Daniel Moreira comme adjoint, voilà un duo en qui je pourrais avoir confiance. Sikora a déjà sorti le club de sa galère il y a deux ans en Ligue 2. Il se permettait même d'alterner entre matchs et tournois de poker sur PokerStars avec réussite. Il est celui qui pourrait redonner de l'envie à l'équipe et de la fierté à ses supporteurs.

 

2. Changement de stratégie

Il faut admettre la terrible réalité, nos joueurs n'ont simplement pas un niveau suffisant pour jouer du beau football. Alors plutôt que de s'obstiner à vouloir s'en sortir par le jeu, il serait peut-être temps de verrouiller derrière et d'aller chercher des victoires 1-0 à l'arraché plutôt que de faire des 3-3 ou de prendre des 4-1. Il faudrait titulariser les joueurs les plus physiques, les plus athlétiques, les plus endurants, exercer un gros pressing et jaillir en contre et travailler sur les coups de pieds arrêtés. Bien sûr, ce sera moche, mais je préfère voir des moches matchs en Ligue 1, que des matchs en Ligue 2. On aura tout le temps l'année prochaine de repartir sur des bases neuves de jeu. L'urgence est de sauver sa peau désormais.

 

3. Changement de communication

En premier lieu, interdire de prononcer le mot Azerbaïdjan ! Ensuite, arrêter de chercher un homme providentiel qui ferait d'un coup de Lens un nouveau PSG. S'appuyer sur des sponsors plus petits, repartir avec le centre de formation, laisser partir les gros salaires tout comme celui de l'entraîneur donc. Et surtout arrêtez de dire qu'on joue bien et que la chance finira par tourner, voire la vérité en face, la Ligue 2 est à nos pieds.
Voilà ma solution, je ne pense pas que les dirigeants l'appliqueront cette année, mais cela ne m'étonnerait pas de la voir apparaître l'année prochaine ... en Ligue 2. Trop tard !

TeamFoot est une plateforme d'expression libre destinée aux supporters. Le contenu des articles publiés sur le site ne reflète que la position de son auteur et non du site. Plus d'informations
 

Réagir