TeamFoot offre une tribune d'expression aux passionnés

Ce petit Breton...

 
Ce petit Breton...

C'est un pur Breton. Il nous vient de Brest, cette ville à la pointe du Finistère souvent représentée comme une cité secouée par des trombes d'eau qui déferlent H24 et toute l'année. Chose fausse évidemment, mais les gens... les gens aiment extrapoler, c'est tellement plus drôle. 

Et puis, il y a ce Breton. Ce pur Breton comme je disais un peu plus haut. Ce Breton aux pieds mouillés, aux cheveux dégoulinants d'eau, mais au coeur chaud. Celui qui face à l'adversité, aux difficultés, aux défaites et aux huées du public, est resté debout. Celui qui haranguait le public pour qu'il pousse ses protégés au lieu de les enfoncer. Il ne s'est jamais caché, sauf aujourd'hui parce qu'il est parti.
Je ne tiens pas les raisons ni les ficelles du dossier. À dire vrai, et, je pense comme beaucoup, je n'ai rien vu venir. 
Alexandre Coeff est parti.

Bah merde.
Ouais, c'est ce que j'ai dit que je l'ai appris.
Je n’ai rien vu venir, comme beaucoup d'entre nous.

Pourquoi toi ? Pourquoi pas un mec comme Ludovic Baal à demie teinte la plupart du temps et fautif sur de nombreux buts depuis son arrivée ? Pourquoi pas un mec comme Lalaina qui fut incapable d'aligner deux passes sans perdre le ballon au final la saison dernière ? Bah nan, c'est toi Alexandre.

T'es parti à Udinese. Alors là... pareil. Je ne comprends pas. Qu'es-tu parti faire là bas ? Oui, il y a Di Natale... Est-ce suffisant? Oui, il fait moins froid qu'à Lens. Oui, le climat est plus sympa... Et puis, à peine tu débarques en Italie, ils te balancent à Grenade en Espagne. Ils te disent "Va chercher du temps de jeu". Ah ok... Pourtant t'as joué combien de match ou de bout de match ? 5 ? 6 ?

Et t'es toujours là. Tu t'entraines. Pas un mot plus haut que l'autre.
Où certains écervelés auraient déjà commenté leur situation via des tweets assassins, toi tu restes positif. Tu es avec nous. Tu es content que ton club s'approche, semaine après semaine, de la Ligue 1. Un retour espéré par tout un peuple lassé d'avaler sans croquer une nourriture des plus nauséabondes depuis plusieurs années. 

Tu vois Alexandre, j'ai souvent égratigné le Racing ces dernières années. Je fus virulent à votre encontre quand vous n'étiez pas fichu de vous battre. Vous jouiez avec une institution, un club de Légende. Peut être n'étiez vous pas conscient de cela. Mais si j'étais mécontent, si j'ai tourné le dos quelques semaines à Lens, c'est parce que je l'aime. Juste ça. 
Parmi tous les joueurs qui se trouvaient dans l'effectif ces trois dernières années, je pense réellement que tu n'étais pas celui qu'il fallait mettre dehors. Tu méritais carrément de faire partie de cette aventure. Combien de fois, ces dernières saisons, tu as été mis à droite, à gauche, au centre, au milieu gauche, pis à droite.... Tu ne bronchais pas. Tu jouais, tu donnais le maximum.

Tu vois Alexandre, je te propose un deal : 

On remonte, on t'envoie un avion, une perruque, une moustache et tu rappliques chez toi, parmi les tiens.
On fera la fête, tu verras ça sera sympa. Parce qu'au fond, t'es comme nous, t'as le Racing dans la tête et dans le coeur. On t'attend. 

 

On t'embrasse !

Salut p'tit gars.

TeamFoot est une plateforme d'expression libre destinée aux supporters. Le contenu des articles publiés sur le site ne reflète que la position de son auteur et non du site. Plus d'informations
 

Réagir