TeamFoot offre une tribune d'expression aux passionnés

Docteur Gervais, Mister Martel

 
Docteur Gervais, Mister Martel

Que l’on se le dise tout de suite, dans cette guerre des tranchées opposant anti- et pro-Martel, je ne suis dans aucun camp. Je suis avant tout un supporter qui veut soutenir mon club. Un supporter qui voit le navire sombrer, avec un capitaine clamant haut et fort que tout va bien.

Inutile de rappeler ce que Gervais Martel a apporté au Racing Club de Lens depuis sa première arrivée au club. Il a réussi à faire de nous, des supporters ambitieux et exigeants. Parce qu’une fois goûté au succès, on a envie d’y rester, mais aussi parce qu’il a émis de nombreuses promesses qui n’ont pu être réalisées. Au contraire, après un accident, il est fort possible de se satisfaire du strict minimum. C’est ce qu’il nous est arrivé à deux reprises. Désormais, notre seule ambition est de survivre à une période qui semble ne pas avoir de fin.

Tout le monde est conscient de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Tout le monde, excepté un irréductible gaulois qui continue de clamer haut et fort à qui veut l’entendre que l’argent n’est pas un problème. Gervais Martel a encore déclaré ce week-end que le club a “3 millions d’euros de dette, mais est en bonne santé”. C’est un peu comme si Antoine Komabouré nous disait en conférence de presse d’après match “nous avons pris 12 buts, mais avons su en marquer 1”. Mon avis sur la haute expertise en communication de Gervais Martel n’a pas changé ( lire Gervais Martel le conquérent ). Cet homme est capable de faire avaler des couleuvres à n’importe qui. La preuve, après plusieurs mois d’attente, la DNCG attend encore et toujours une régularisation de nos comptes. Ce n’est pas de la folie, c’est du génie.

Gervais Martel est un homme d’affaires. Il gère son club de football comme tel. En tant qu’homme d’affaires, il faut avoir une communication rassurante auprès des contrôleurs financiers et des investisseurs. L’échéance du mois de juillet étant passé, notre président continue son travail de sape pour juillet prochain. Impossible de communiquer sur l’état financier du club et de notre actionnaire, tout en sachant que la DNCG fait pression derrière et peut en toute légalité nous faire tomber dans le monde amateur. Mister Martel travaille donc sa communication de fond dans le but de gagner du temps afin de trouver une solution pérenne.

 

Le Racing Club de Lens dispose de deux forces énormes qui lui permettent de rester à flot. La première, c’est le centre d’entraînement La Gaillette. Véritable bijou, il fournit le club en joueurs pour les matchs de l’équipe pro et assure une rentrée d’argent salvatrice avec la vente de quelques joueurs. L’autre force, celle qui ne peut s’acheter, c’est le public. La ferveur quasi unique qui règne autour de ce club est la meilleure promotion pour la recherche d’investisseurs. Bien que le public soit totalement acquis à la cause du Racing Club de Lens, Mister Martel leur tourne le dos depuis le mois de juillet. Le problème avec le football, c’est qu’il mêle passion et business. Les deux ne font généralement pas bon ménage.

Aucune communication n’a été faite pour rassurer les supporters. Comme précisé avant, toutes les interventions médias le sont dans le but de toucher la DNCG et des investisseurs. Docteur Gervais s’est pourtant manifesté à une reprise en réunissant les groupes de supporters, montrant sa bonne foi sur le virement raté de juillet et demandant une énième fois le soutien inconditionnel des Sang & Or. Ce soutien n’étant plus assuré à “domicile” depuis le début de la saison, Mister Martel a donc décidé de régler ses comptes avec des pseudo-supporters à travers un communiqué hors-norme

 

Depuis, il n’a pas jugé utile de récupérer ce public de plus en plus nombreux à lui tourner le dos. Chaque chose en son temps, il doit d’abord trouver une solution pérenne pour un club au bord du gouffre financièrement. Sportivement, les résultats parlent d’eux-mêmes. Le club est enlisé dans les dernières positions depuis le début de la saison. Le groupe n’a cessé de s’affaiblir, voyant nos meilleurs joueurs partir sans être remplacés. La communication presse n’a pas bougé d’un iota, et tant pis si les promesses ne sont pas tenues. Docteur Gervais a définitivement laissé place à Mister Martel.

Le ras-le-bol prend de l’ampleur journée après journée, intervention médiatique après intervention médiatique. Gervais Martel est à la recherche d’argent pour le club, mais il oublie ce qui a le plus de valeur au Racing Club de Lens : ses supporters. Chose rare à Lens, les supporters n’hésitent plus à montrer leur mécontentement, allant jusqu’à boycotter les matchs à Amiens. Lassé, je n’arrive plus à croire que la situation financière trouve fin rapidement, mais même si le miracle se produit, j’ai peur que le lien entre le président et les supporters se soit définitivement cassé.

TeamFoot est une plateforme d'expression libre destinée aux supporters. Le contenu des articles publiés sur le site ne reflète que la position de son auteur et non du site. Plus d'informations
 

Réagir