TeamFoot offre une tribune d'expression aux passionnés

L'avenir se joue maintenant

 
L'avenir se joue maintenant

Ce message s’adresse aux jeunes, à celles et ceux qui arpentent les couloirs des collèges, lycées et universités, à ces jeunes qui espèrent, rêvent d’une vie dorée où les problèmes trouvent forcément leurs solutions, et qui sera forcément mieux que celle des parents, ces vieux qui parlent de l’ancien temps comme s’il s’agissait d’une référence.

L’avenir se joue maintenant. Il se joue quand votre scolarité ne vous coûte rien, hormis du temps, des soupirs, angoisses, apaisements. Il se joue quand vous avez le choix, quand vous valez encore quelque chose aux yeux des gens. Vous êtes jeune, vous découvrez la vie et ce qu’elle peut réserver, vos premières joies, premières galères, vos premiers flirts, amours, déceptions, tristesses. L’avenir se joue maintenant. Vous vous construisez. Les rencontres que vous faites, les réflexions qui sont les vôtres, vous forment, font ce que vous serez plus tard. Vos erreurs du passé sont vos connaissances du futur.

Ne vous arrêtez pas, continuez votre chemin. Essayez de réaliser vos rêves, quels qu’ils soient, donnez vous les moyens car vous ne les atteindrez pas en attendant patiemment qu’ils tombent dans vos bras. Fiez vous à votre instinct, vous pourrez vous glorifier en cas de succès ou vous en vouloir à vous même en cas d’échec. Il est tellement rapide et facile de basculer du côté obscur. Les professeurs ne sont pas des marrants, les devoirs sont barbants, mais ils constituent votre futur. Le Baccalauréat. C’est quoi en réalité? A l’échelle d’un cursus scolaire abouti, il a autant de valeur que l’aval du videur à l’entrée de la boite de nuit, « Toi c’est bon, toi non ». C’est à l’intérieur que les choses sérieuses débutent, car regardez bien, ceux qui restent sur le parking car ils se sont vus refuser l’entrée du dancing, finissent parfois mal.

Éclatez vous, la jeunesse dure qu’un temps. Elle viendra bien vite cette réflexion qui vous fera dire « On était jeune et insouciant ». Le goût des responsabilités, pour les chanceux le « métro, boulot, dodo », et pour d’autres Pôle Emploi, la Mission Locale, les CCAS pour les plus malchanceux.

La vie est faite de chanceux et de malchanceux, de personnes qui ont jouées et réussies, d’autres qui se sont dit « On verra » et qui ont vu, de loin, ceux qui avaient pris leur destin à bras le corps, fanfaronner et fêter la réussite, leur réussite.

Formez vous, allez à l’école, écoutez vos professeurs qu’ils soient sympas, tyranniques et/ou intéressants, prenez le savoir qu’ils véhiculent pour avancer à la case suivante, qu’importe si au final vous oubliez ce qu’ils ont dit. Comme dans un jeu de course voiture d’arcade où le seul objectif de rejoindre le prochain Check Point est important, faites en sorte de franchir, à temps, la ligne d’arrivée. Rare sont les possibilités de rattrapage à court terme.

Vous verrez plus tard vous vous direz « Mes refus de sortir avec les potes car j’avais ma leçon à apprendre, ça vaut le coup finalement car tous ne s’en sont pas sortis comme moi ». Des jeunes en totale perdition, j’en vois tous les jours. Ces jeunes n’ont pas voulu, n’ont pas su, suivre le rythme imposé par le collège ou le lycée pour les plus avancés, trop rares encore. Aujourd’hui, à 21/22 ans, sans permis, avec un ou deux enfants et une amie/un copain qui galère autant, ces jeunes sont perdus et avancent dans le brouillard le plus total.

Ayez la niaque, l’avenir se joue maintenant, et si vous n’avez pas le niveau de votre classe, ne prenez pas cela pour un échec. Comme disait Jules César « il vaut mieux être le numéro 1 dans son village que le 2nd à Rome ». Et puis, dites vous aussi que celui qui a un BAC +5 n’est pas toujours celui qui s’en sort le mieux. L’apprentissage est la manière la plus sûre de trouver un emploi. Cherchez du travail dans des secteurs qui recrutent. Cessez de persévérer dans des milieux fermés à quintuple tour. Oui, certains métiers sont ingrats au niveau des horaires mais ils sont pourvus d’offres d’emploi, et des métiers comme ceux de la restauration, le transport ou l’animation vous garantissent quasiment à 100% de connaître un minimum de périodes de chômage.

Si vous vous arrêtez en cours de route, si vous tombez du cheval, ne perdez pas de temps pour vite remonter en selle. C’est gonflant, vous êtes fatigués… Vous vous reposerez plus tard, votre vie a déjà débuté, c’est à vous d’en faire une superbe histoire. Mon avis vaut ce qu’il vaut, c’est peut être pas la vérité, votre vérité et vos exemples de vie, mais en tout cas il représente ma tristesse de me rendre compte que la misère et le désespoir peuvent frapper très tôt, trop tôt.

Courage à tous celles et ceux qui passent un diplôme en fin d’année, je vous souhaite le meilleur.

Retrouvez l'article d'origine en cliquant sur ce lien
TeamFoot est une plateforme d'expression libre destinée aux supporters. Le contenu des articles publiés sur le site ne reflète que la position de son auteur et non du site. Plus d'informations
 

Réagir