TeamFoot offre une tribune d'expression aux passionnés

Le 12ème homme à Bastia !

 
Le 12ème homme à Bastia !

Voilà c’est fait, on est en Ligue 1. Il aura fallu attendre la dernière journée, mais le principal est là, on est en Ligue 1. Depuis vendredi soir et ce dernier match à Bastia, des dizaines et des dizaines de vidéos et d’images tournent sur les réseaux sociaux. Toute la nuit c’est la fête dans les rues de Lens, c’est l’anarchie à l’arrivée des joueurs à l’aéroport de Lesquin jusqu’au millier de personnes présentes devant la mairie samedi midi. Bref tout le peuple lensois est heureux. Enfin peut-être pas tout le monde …

Une centaine de supporters, dont moi-même, avaient décidé de se rendre à Furiani. Un déplacement, comme on en fait plus ou moins toute l’année, mais avec une saveur particulière pour celui-ci sachant que notre montée se joue sur ce match. On ne sera pas à Lens pour l’immense fête qu’il y aura, on le savait. Mais finalement, on s’en fout, on est là sur l’île de beauté et ses paysages paradisiaques. On va gagner voire prendre un point et on sera là nous les privilégiés à fêter ça les premiers avec nos joueurs, nos dirigeants, notre président.

Au final, il ne fut rien. On aura tout donné en tribune, hurler comme jamais. Dès le coup de sifflet final, les joueurs font la fête dans le rond central. Pendant une minute, deux minutes, trois minutes, une éternité pour les présents dans le parcage. Ils se décident enfin à venir devant le parcage avec tout le staff, ça chante, ça danse et ça repart. Quelques cris viennent pour faire ce fameux « clapping », les joueurs font demi-tour et Gervais passe devant tout le monde pour le lancer et ensuite… ils repartent. On venait de gagner à Châteauroux en plein mois de décembre apparemment.

 

On sort du stade, on rejoint nos voitures et une cinquantaine de présents pensent qu’il serait quand même sympa d’aller parcourir la dizaine de kilomètres qui nous séparent de l’aéroport. Même si ça ne dure que 5 minutes, on espère avoir « notre » fête avec les joueurs avant leur retour qui s’annonçait déjà virulent.

23h30 passé, le fameux bus arrive. On le bloque, jusque là normal, et on demande à tout le monde de descendre pour communier ensemble et avoir minimum une petite photo souvenir. Mine de rien, on est à l’autre bout de la France, c’était le minimum.

 

Personne et je dis bien personne n’a voulu descendre, les joueurs restent stoïques, Martel est en colère et Antoine Kombouaré nous invite à travers la fenêtre à venir faire la fête avec eux le lendemain midi. La bonne blague !!!. Pas un joueur ne s’est levé du bus et n'aurait dit « Bon les gars, ils sont là. On descend, on est en ligue 1 merde ». Le bus avance tout doucement pour nous forcer à dégager et les voilà partis pour prendre l’avion.

Inutile de vous faire ressentir la déception et l’incompréhension totale qui nous hantent à ce moment-là. Cette même déception, qui encore à l’heure actuelle, vous fait oublier qu’on est en Ligue 1. Les médias sont focalisés sur tout ce qui s’est passé à leur retour et personne ne parle de ce que j’appellerai une injustice et un non-respect envers les supporters ayant fait plus de 2000 bornes aller-retour pour voir « ça ».

 

Voilà c’est fait, on est en Ligue 1. Mais pour nous la fête a eu et a encore un goût amer...

TeamFoot est une plateforme d'expression libre destinée aux supporters. Le contenu des articles publiés sur le site ne reflète que la position de son auteur et non du site. Plus d'informations
 

Réagir